Les seniors et les recruteurs : une vision parfois décalée

Les seniors et les recruteurs : une vision parfois décalée

Réalisée par l’association A Compétence Egale, cette étude permet de mettre en avant les stéréotypes des trois parties prenantes du recrutement d’un senior : les candidats seniors eux-mêmes, les consultants en cabinets de recrutement et les RH en entreprises.

En décalage avec les recruteurs, les seniors sont prêts à faire des concessions :

Cette étude montre qu’il existe toujours un décalage de perception entre les recruteurs et les seniors qui joue en défaveur de l’embauche de ces derniers. Ce décalage se constate par exemple sur le terme même de « senior ». En effet ces derniers estiment devenir senior à 45 ans pour 48% d’entre eux alors que les recruteurs, eux, estiment à 38% qu’il faut avoir en moyenne 55 ans pour être considéré comme un senior. Au-delà d’une interprétation différente du terme, cette étude montre qu’il existe un décalage de perception des atouts des séniors. Ces derniers restent très modestes sur la mise en avant de leurs compétences et misent presque exclusivement sur leur expérience. Il semble donc difficile pour eux de s’imposer face à un profil plus jeune et présentant d’autres avantages. Mais au-delà de cette perception qui diffère il subsiste des freins concrets à l’embauche des seniors et notamment celui du coût. En effet selon cette étude, il est le principal frein à l’embauche d’un senior pour 49% des entreprises. Il est vrai qu’un candidat ayant de nombreuses années d’expérience demande un salaire plus élevé que celui d’un jeune diplômé. Parmi les freins majeurs à l’embauche des seniors on retrouve également la difficulté à être managé(e) ou la résistance au changement, bien que cette opinion ne soit pas partagée par les seniors. Mais selon les consultants, le principal frein est à 55% celui de la difficulté d’intégration des séniors dans des équipes plus jeunes. Pourtant aujourd’hui les séniors, conscients de cette difficulté d’embauche, sont prêts à faire de nombreux efforts pour décrocher un emploi comme changer de fonction ou même accepter une diminution de leur revenus :

Seniors-et-emploi

Cette étude nous prouve donc que l’embauche des seniors reste compliquée en France car de nombreux stéréotypes erronés persistent. Il faut néanmoins retenir que les seniors semblent prêts également à revoir leurs exigences afin d’accéder plus facilement à l’emploi.

Vous pouvez visualiser une synthèse de cette étude à l’adresse suivante : http://www.acompetenceegale.com/images/documents/Presse/CP_Forum_Emploi_seniors.pdf